Employés de Pharmascience apprennent sur le projet en Haïti

Jean-François Bussières, le pharmacien en chef de l'Hôpital Ste-Justine à Montréal, raconte son projet en Haïti aux employés de Pharmascience.

La première fois qu’il est allé en Haïti, Jean-François Bussières était découragé. « J’étais en choc, je vomissais, j’ai perdu connaissance, j’étais frustré, » raconta-t-il. « La qualité des soins était non optimale. L’hôpital était désorganisé. Ils ont beaucoup de problèmes : des parasites, le VIH, l’hépatite. Il y a des pénuries. Par exemple, le personnel de soins n’a pas de gants stériles ou propres en quantité suffisante pour traiter tous les patients ».

Cela fait deux ans depuis son premier voyage. Aujourd’hui, il est mieux équipé pour contribuer aux travaux de ses collègues haïtiens pour réorganiser l’hôpital St-Michel. « Nous devenons plus utiles quand nous sommes immunisés contre les chocs et les inconforts. Avec un esprit d’humilité, nous pouvons nous rapprocher des gens et commencer à améliorer la situation. »

Jean-François, qui est le pharmacien en chef au Centre hospitalier universitaire Ste-Justine, un hôpital mère enfant de Montréal, est venu à Pharmascience pour les remercier pour leurs dons de médicaments à HPIC. Il a fait une présentation lors de la réunion des 1 600 employés de Pharmascience le 26 janvier.

« Seulement quelques heures dans un avion et vous arrivez dans un pays qui est totalement désorganisé et chaotique, » partagea-t-il. « La situation vous aide à comprendre pourquoi les haïtiens désirent quitter leur maison et leur pays. »

Les haïtiens gagnent d’environ 1 à 2 $ par jour et rien n’est couvert, dit-il. Les patients doivent payer pour tout. L’accès aux bons médicaments fait une énorme différence.

Chaque fois que Jean-François se rend en Haïti, il apporte des Trousses médicales humanitaires fournies par HPIC. La dernière fois qu’il soit allé, en été 2015, il a amené trois produits donnés par Pharmascience pour son projet : la clarithromycine, l’amoxicilline et le naproxène.

En Haïti, beaucoup des médicaments disponibles sont de qualité inférieure ou périmés. « Les médicaments fournis par HPIC sont essentiels à notre projet », dit-il. « Je suis capable de prendre soin des patients grâce à ces médicaments. Merci à HPIC et merci Pharmascience ».

Jean-François fait partie d’un projet de la Croix-Rouge canadienne pour réorganiser l’hôpital St-Michel de Jacmel, en Haïti. L’hôpital est actuellement en construction et devrait ouvrir ses portes cette année. Jean-François prévoit son prochain voyage en Haïti pour ce printemps.

Pharmascience a été le premier donateur de médicaments à HPIC en 2015. Au total, la société a fourni cinq millions de traitements à travers leurs dons à HPIC au cours de 21 ans de partenariat.