Octroi d’une subvention de 50 000 dollars à Partenaires Canadiens pour la Santé Internationale (HPIC)

Partenaires Canadiens pour la Santé Internationale (HPIC) a le plaisir d’annoncer qu’à la faveur d’une subvention de 50 000 dollars accordée par Stronger Together, les Kényans privés de soins médicaux auront, à partir de janvier 2020, un accès à distance aux services de médecins généralistes.

Selon l’organisme Global Health Workforce, environ un milliard de personnes n’ont, en date du jour, aucune possibilité de jamais rencontrer un travailleur de la santé durant toute leur vie. Les patients qui vivent dans des communautés pauvres et isolées doivent souvent parcourir de très longues distances pour recevoir des services de santé. Le coût élevé du transport, le temps nécessaire pour se rendre à l’établissement approprié le plus proche et la stigmatisation associée à certaines maladies rendent difficile, voire impossible, l’accès aux soins nécessaires.

La télémédecine apporte une solution toute nouvelle à certains de ces défis. Cette discipline met à contribution la technologie de l’information et des communications pour mettre en contact les agents de santé communautaire et les patients avec des professionnels de la santé qualifiés, sans obligation de visite en personne. Grâce à la télémédecine, les professionnels de la santé sont en mesure d’évaluer, de diagnostiquer et de dispenser à distance des services cliniques en utilisant des connexions vidéo/audio.

Grâce à la subvention de 50 000 $ reçue de Stronger Together, HPIC va pouvoir tester une application de télémédecine au Kenya. Les agents de santé communautaire seront équipés d’une tablette munie d’un logiciel leur permettant, à eux et à leurs patients, de consulter en direct un médecin ou une infirmière œuvrant dans un établissement de santé. Avec l’aide d’un agent de santé communautaire et d’un stéthoscope numérique, les prestataires de soins de santé de cet environnement virtuel pourront s’acquitter de la plupart des tâches que les professionnels de la santé exécutent sur le terrain. Les médecins, les infirmières et infirmiers utiliseront le même logiciel pour encadrer les agents de santé communautaire et les conseiller sur le traitement de leurs patients. Cela les aidera à gérer les cas qui dépassent leurs compétences, à éviter de référer inutilement des patients à d’autres professionnels de la santé, tout en allégeant le fardeau des déplacements pour les patients et leurs familles.

L’application comprendra également des fonctions de stockage et de transmission, de consultation en direct, de gestion d’images, ainsi que d’autres fonctions qui permettront de réunir les patients, les travailleurs de la santé communautaire et les professionnels de la santé sur une seule et même plate-forme.